FF Féminisation Forcée

Un espace FRANCOPHONE pour les dingues du genre dont je suis

6.14.2006

Sortir ( presque ) en fille

Des blogs anglo-saxons équivalents m’ont convaincu d’aller ici plus avant.
Ainsi, j’ai été par exemple frappé par des « consœurs » qui ne cherchent pas à se faire passer pour des femmes en public mais assument au contraire l’excitation de porter une tenue assez féminine pour provoquer la surprise et même l’hilarité de leurs interlocuteurs(trices)
Mon courage ne va pas jusque là et la photo qui accompagne ce « papier » a été prise à la maison, en privé. Néanmoins, je pousse désormais à mon tour quelquefois l’ambiguïté de mon accoutrement en restant toutefois toujours extrêmement décent et sans ostentation sexuelle inutile. L’idée est de ne blesser personne ( Par exemple des gamins ou une famille avec des enfants ) Il s’agit plutôt d’assumer une féminité « ordinaire » qui me ronge, de celle que toutes les femmes pratiquent à chaque instant de leur vie sans même y penser et que j’envie. Cela dit, évidemment, dans mon cas le fait que cela va immanquablement me ridiculiser si une ou plusieurs femmes s’aperçoivent du manège participe du plaisir de ce petit jeu pas si innocent.
Je complète donc mes habituels dessous féminins, culotte gainante soutien-gorge et collants ( Que je porte en permanence sous mes vêtements de garçon ) par divers « rembourrages » légers (faux cul et faux seins) qui arrondissent et féminisent mes formes sans ostentation. J’enfile un pantalon de femme, par exemple celui de la photo qui est un pantalon extensible en gabardine et lycra avec la fermeture Eclair sur la hanche, un col roulé qui souligne les contours de mon soutien-gorge et le renflement de ma poitrine, des mocassins de femme qui découvre mes chevilles gainées de nylon beige, en particulier lorsque je m’assois. Je complète la tenue par une veste ou un blouson d’homme mais suffisamment court ou serré pour me réserver le choix ou non de me trouver dans une situation embarrassante selon l’usage que je fais de ce dernier vêtement.
La sensation de sortir de la maison « presque » en femme est enivrante. Chaque geste comme monter dans la voiture s’accompagne de la contrainte de mes dessous et vêtements serrés qui moulent mes formes et les révèlent plus qu’ils ne les dissimulent. Je gagne un quartier de boutiques ou un centre commercial et m’oblige à déambuler un moment ainsi, tantôt la veste fermée et anonyme, tantôt ouverte sur mon pantalon qui révèle une curieuse absence de braguette et mon pull « marqué » par les lignes de mon soutien-gorge. Je fais quelques courses et m’enhardit parfois jusqu’à faire l’emplette de produits typiquement féminins, maquillage, protections périodiques ou dessous …
Mon visage et mon aspect au premier abord reste clairement masculin. Comme on peut s’y attendre, les gens qui ne regardent quasiment RIEN et se foutent à peu près de TOUT n’ont la plupart du temps absolument pas l’œil attiré par mon allure. Je circule donc, presque déçu, dans l’indifférence générale. Les hommes en particulier sont les plus consternants ce qui n’est pas une surprise. Je dois préciser que n’ayant aucune attirance homosexuelle, j’en suis plutôt soulagé. En fait, le jeu consiste pour moi à dissimuler mon état devant les mecs et à me laisser (un peu ) plus allé à en révéler devant les filles. Un gloussement ou des chuchotements provoquent un mélange de chaleur du rouge de la honte et de l’excitation prodigieuse de me remémorer ces instants plus tard dans l’intimité.
J’aime m’asseoir dans un bistro pour lire un « canard » comme je le fais d’ailleurs « En garçon », sauf qu’ici je guette mon mollet gainé, m’enhardissant parfois à ôter un mocassin comme le font fréquemment les femmes à table pour révéler un pied dont la pointe est habillée de ce renforcement plus foncé dont les femmes ont l’habitude ou, passant un doigt faussement distrait dans mon dos à hauteur de ceinture, découvrir que mon blouson trop court et mon pantalon qui baille un peu se sont conjugués pour révéler le haut de ma culotte et la ceinture de mes collants.
Il ne me reste plus qu’à rentrer à la maison retrouver selon le moment, une tenue entièrement féminine ou au contraire franchement « mec » et à passer à « autre chose » jusqu »à la prochaine escapade.

5 Comments:

At mercredi, octobre 04, 2006 10:09:00 AM, Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
je pense que votre communauté adorera les BD de cet auteur sur la féminisation, les soubrettes mâles et la domination féminine:
www.xavierduvet.com

 
At mercredi, juillet 02, 2008 9:15:00 PM, Anonymous Anonyme said...

je suis en fille tous les jours ,je ne peux plus acheter une fringue de mec je porte une cage de chastete ,et sous une jupe c'est le pied j'adore etre comme je suis , une petite trav assez mignonne

 
At mardi, septembre 30, 2008 8:54:00 AM, Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
A propos de domination féminine et de féminisation, j'ai découvert ce site transformale.free.fr

C'est un plaisir de me sentir un peu plus féminin et plus soumis chaque jour

 
At vendredi, mai 03, 2013 6:39:00 PM, Anonymous Anonyme said...

Sortir (presque) en fille,s'habiller de sous-vêtements féminins sous des habits masculins, n'est-ce pas un peu frustrant ?
Ne vaut-il pas mieux rester chez soi pour (par exemple) le plaisir incomparable d'être en jupe, de porter une combinaison incrustée de dentelle sur des bas fins ?

 
At mercredi, avril 26, 2017 3:29:00 PM, Anonymous Erik(A) said...

Bonjour (à "TOUTES" !) :


- C'est MON rêve !

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home